Vie Giffoise

09
sept
2014
L’équipe municipale, pas encore tout à fait « dans le rythme »
L’équipe municipale, pas encore tout à fait « dans le rythme »

Nous le disions déjà en juin 2013 : M. le Maire avait toutes les raisons de remercier les « enseignants, parents, associations de parents, élus de l'opposition, ceux de GemGif en particulier, qui, grâce à leur mobilisation collective et sans faille en janvier-février, l’ont fait revenir sur sa décision de passer aux nouveaux rythmes scolaires en septembre 2013 ».(1) 

Nous le disons doublement en ce mois de septembre 2014 quand, après un an supplémentaire pour se préparer, nous constatons que l’équipe municipale n’est pas prête au moment de la rentrée (alors qu’elle avait assuré en janvier 2013 pouvoir sans aucun problème assurer huit mois plus tard).

En effet, on peut lire sur le site de la Mairie que « Pour cette rentrée scolaire 2014/2015, les activités proposées dans le cadre des Temps d'Activités Périscolaires (TAP) débuteront le lundi 22 septembre prochain. Avant cette date (soit du 2 au 18 septembre 2014 inclus), les enfants seront pris en charge sur leur école, par les animateurs périscolaires les lundi, mardi et jeudi de 15h30 à 16h30. Durant cette période, cette prestation est proposée à titre gratuit. »

 

Dégât collatéral: la suppression de l'étude du vendredi soir

 

Mais au-delà de ce couac ponctuel et nous l’espérons éphémère, nous constatons à Gif un effet collatéral très dommageable pour les enfants : du temps, de l’énergie, de l’argent ont été dépensés pour mettre en place ces nouveaux rythmes, décidés, rappelons-le, par M. Peillon, ministre de l’Education Nationale de M. Hollande et celasans écouter une spécialiste des temps de l’enfant comme Mme Claire Leconte et sans organiser une vraie concertation de tous les enseignants et tous les parents de France, qui auraient eu, n’en doutons pas, plein d’idées moins coûteuses et plus fédératrices pour arriver au but officiel de cette grosse machinerie que sont les rythmes : « mieux apprendre et favoriser la réussite scolaire de tous». Cet effet collatéral giffois est la suppression de l’étude du vendredi soir, malgré une protestation unanime des parents d’élèves en juin (2).

Ainsi, grâce aux nouveaux rythmes, les enfants dont les parents ont du mal à suivre les devoirs ne bénéficieront plus, une fois par semaine, du suivi des adultes qui font les études du soir, bien souvent des enseignants.

L’exact inverse de l’objectif affiché par ces nouveaux rythmes.

L'équipe de rédaction

 

Le dossier que GemGif avait fait sur les rythmes scolaires : ICI

 

(1)   http://www.gemgif.fr/wbNewsFront/newsDetail/id/414

(2) http://www.leparisien.fr/espace-premium/essonne-91/rythmes-scolaires-les-parents-veulent-garder-l-heure-d-etudes-07-07-2014-3982441.php