France – Europe

22
nov
2013
Rythmes scolaires : Attention un chiffre peut en cacher un autre…ou la vérité travestie !
Rythmes scolaires : Attention un chiffre peut en cacher un autre…ou la vérité travestie !

Hier, s’affichait à longueur de journaux (toutes tendances confondues), le titre « Rythmes scolaires : plus de 80% des communes satisfaites » et très nombreux étaient ceux qui faisaient circuler cette information sur facebook. Sauf que résumée à ce titre, cette phrase est carrément de la désinformation. En effet, sur les 3852 communes ayant appliqué la réforme dès 2013, seules 1100, soit un peu plus du quart, ont répondu pour le moment. Ce qu’on peut donc affirmer de façon certaine, c’est que :

pour les communes étant passées aux nouveaux rythmes dès 2013 :

  • 23% sont satisfaites 
  • 5% ne le sont pas
  • et 72%, on n’en sait rien parce qu’elles n’ont pas encore répondu !

Sauf que ce qui s’est imprimé tout au long de la journée dans la tête de tous, c’est que « plus de 80% des communes sont satisfaites ». Les précisions statistiques (bien présentes dans le texte de l’Association des Maires de France, de même que dans quasiment tous les articles que j’ai lus) sont bien là, mais qui va les lire ? Et parmi ceux qui les liront, qui retiendra autre chose que le titre-choc ?

Et j’entends déjà, dans les semaines à venir où cette réforme des rythmes va continuer à être débattue dans les près de 33.000 communes qui n’appliqueront le décret qu’en 2014, tous ceux qui sauront très bien couper court aux échanges, aux réflexions, aux discussions,… grâce à ce satisfecit totalement usurpé.

Et j’imagine aussi le prétexte que seront ces hypothétiques « 80% de communes satisfaites » pour éviter à M. le Ministre de l’Education Nationale d’envisager vraiment les idées d’amélioration qu’on lui propose depuis des mois et qu’il rejette en bloc : par exemple la demande toute simple de réécrire le décret en remplaçant « 9 demi-journées par 5 jours », formulation qui permettrait aux enfants d’engranger tous les bénéfices de la réforme (avoir classe de façon plus étalée dans la semaine et privilégier le matin pour les apprentissages fondamentaux par rapport aux après-midis), mais en ouvrant un réel champ des possibles pour l’emploi du temps que ne permet pas la rigidité du décret actuel.

Je ne sais pas si cette distorsion de l’information a été voulue ou non, mais toujours est-il que le résultat est clair : elle fait entrer une fausse appréciation dans la tête de tous et les paroles qui en découleront donneront une image toute aussi déformée de la réalité. 

 

Martine Debiesse

(Groupe démocrate et Indépendant GemGif)